400 jours - Route entre La quiaca et Abra pampa - Argentine (11 sur 12) (1 sur 1)

Rencontre en plein désert Argentin

Ce voyage sera notre territoire d’aventures mortelles, une ligne droite imaginaire, portée par la volonté, par le vent, par l’envie, par toutes nos forces. Celle qui part de chez nous, passe par le bout du monde et qui nous y ramènera. Celle que l’on ne quitte pas, celle qui reste ; au delà et à travers tout. Cette continuité sera pourtant de nombreuse fois coupée.

Frontières

Continue reading

fond Salar

Bolivie : traverser le plus grand désert de sel au monde

La Bolivie nous l’avons surtout parcourue en bus. Après avoir perdu notre temps sur les cartes à chercher des itinéraires sur des routes asphaltées, après s’être fait donner de sacrées leçons de prudence vis à vis de la conduite des boliviens, nous nous sommes résignés à rejoindre le Salar d’Uyuni par les transports locaux. Bondé du coffre au toit, à fond les manettes sur les chemins de terre, c’est en pleine nuit que le bus-mastodonte stoppera brutalement sa course dans la violente explosion de l’un de ses pneus. A 3h du matin, il nous laissera aux portes du désert où notre seule solution pour passer la nuit fut de planter notre tente sous le kiosque du village.

La suite se passe en Brompton. Continue reading

400 jours - Caroline et le gros mechant RV - USA (1 sur 1)

Canada, USA – L’aventure format XXL

J’aime la facilité qu’ont les Américains à parler aux inconnus. Dans la rue, devant les supermarchés, aux feux rouges et même parfois sous la douche… C’est fou de pouvoir aborder les gens sans cette barrière que l’on rencontre en Europe de l’ouest. C’est l’esprit « win-win » comme dirait Mathieu, notre hôte français de San Francisco. Tu m’intrigues avec ton vélo, je viens te parler. Tu as sûrement quelque chose à m’apprendre. L’autre est porteur d’un savoir, ou du moins, d’une réponse à une question. Au Népal, en Chine, on parlait du « white watching ». Ici c’est le  » foreigner talking « .

Continue reading

couv

Tant attendu et si inattendu Japon

Le Japon c’était la destination incontournable du voyage. Nous étions impatients de nous immerger corps et âme dans ce si fascinant et lointain univers. Et la culture japonaise est aussi prolixe et unique en vrai que l’image qu’on en a en occident.

Pour commencer, les routes du Japon sont en bon état et relativement sûres grâce à des conducteurs disciplinés pour qui rouler vite n’est pas la première des préoccupations. Ceci dit, on a beau prendre son temps en voiture, pas question d’arriver en retard à un rendez-vous. Cela fait partie des comportements à éviter formellement (tout comme manger en marchant ou se moucher en public). Arriver à l’heure au Japon signifie arriver en avance. Être là à l’heure convenue c’est déjà être en retard…

Continue reading

à la une-400 jours - James WS - Corée du sud (6 sur 28)

Comme à la maison en Corée du Sud

Bon alors la Corée, à quoi ça ressemble ce pays ? Vous prenez un crayon, pas trop appointé, et vous dessinez une petite péninsule accrochée à droite de la Chine. Une sorte de pénis géographique assez petit et bien pendant. Vous la divisez en 2. Côté nord copain avec les Chinois, l’autre, sud avec les Américains. Vous y mettez de belles montagnes verdoyantes, pas trop hautes, vous y ajoutez des chênes, des cerisiers, et des pins rouges et de belles maisons traditionnelles pleines de coquetteries, surtout au niveau du toit. Continue reading

fond léger

La Thaïlande, paradis du cyclotourisme

Depuis Kunming (Chine), nous nous sommes envolés pour Bangkok afin de résoudre un problème technique : le remplacement du moyeu Shimano du vélo d’Anthony qui avait déclaré forfait sur les routes chinoises. L’usure naturelle doublée des facteurs surpoids et utilisation occasionnelle du Brompton en mode « 4×4 » avaient eu raison de lui.

Dès notre atterrissage à Bangkok, nous avons subi l’étreinte de cette moiteur permanente doublée d’une chaleur étouffante. Sur le plan humain, nous venions aussi de replonger dans un monde particulièrement chaleureux ; chaleur douce et réconfortante, pour celle-ci. Continue reading

400 jours - l'autre réalité du voyage (1 sur 1)-10

L’autre réalité du voyage

Depuis déjà 3 jours, je suis allongé au fond du lit d’un hôtel d’une ville chinoise sans charme. La cause : une énième intoxication alimentaire. Caroline tue le temps en mettant à jour le blog.

Voici, ici, la description d’une autre facette de notre quotidien ; lorsque les lumières des rencontres touchantes et des moments merveilleux s’évaporent et que l’autre réalité du voyage assujettit l’homme en transit. Continue reading